Un Budget Primitif 2018 décevant et sans surprise

La gouvernance municipale en place nous a affirmé lors du conseil municipal du 15 février dernier que les opérations financières allouées pour l’amélioration de la médiathèque amèneront à la réalisation de travaux qui risquent de durer à minima 3 ans. Le choix d’utiliser la salle Jacques BREL, comme structure provisoire d’accueil est particulier et interroge les élus de notre groupe sur les animations de nos associations et partenaires locaux comme les lotos, les repas des aînés, les bourses aux livres et aux vêtements, les pièces de théâtre, les concerts (....) qui se déroulent quasi quotidiennement dans cette salle.
La carte des propositions culturelles, qui n’est à ce jour pas suffisante, s’en verra amputée de façon conséquente pour les prochaines années.

Nous nous interrogeons à nouveau sur le devenir du complexe Merchier et de sa reconstruction qui, quoi qu’en ait dit Nicolas LEBAS lors de la séance du conseil municipal, reste à ce jour dans un état de stagnation alarmant car aucun projet n’a été présenté cette année, aucun budget n’a d’ailleurs été provisionné.
Le sport, élément essentiel à la santé et créateur de lien social, est à nouveau relayé au second plan.
 Nous demandons des garanties chiffrées pour pérenniser notre infrastructure communale.

L’installation des caméras de vidéo protection devient un véritable gouffre financier puisque 100 000 euros viennent à nouveau d’être inscrits au Budget Primitif de cette année. Nous sommes encore et plus que jamais dubitatifs quant à l’efficacité de ces caméras. Aucun personnel ne surveille en direct, elles n’ont donc qu’une utilité, celle d’essayer d’arrêter les malfrats une fois les délits commis. N’est-ce pas plutôt là le rôle des autorités en la matière, celui de la police municipale ? Notre groupe des élus de gauche et citoyens réitérerons en temps et en heure notre demande de bilan après un an d’exercice.

A part l’acquisition de l’ancienne ferme Cockempot, nous ne pouvons que constater que le patrimoine municipal est démantelé et bradé au profit systématique d’investisseurs privés.

Le Budget Primitif qui nous a été présenté nous amène à penser que désormais, puisqu’il n’y a plus grand chose à vendre, le recours à l’emprunt devient indispensable pour assurer l’avenir.
Force est de constater que ce que, Monsieur le Maire critiquait à l’époque pour accéder aux plus hautes responsabilités, il le reproduit aujourd’hui. Il semblerait d’autre part qu’il n’ait plus d’autres choix que de reproduire ce modèle pour les années à venir.

Malgré tout, même si nous n’en partageons pas la philosophie politique, nous saluons le travail effectué par les équipes municipales pour l’élaboration des documents de ce conseil municipal.

''GROUPE DES ÉLUS DE GAUCHE ET CITOYENS''